Voyage

Connaissez-vous les destinations préférées des globetrotteurs français ? Découvrez leur top 8 !

Gilles souriant avec un sac à dos et une écharpe.
Gilles

Vivre à 100 à l’heure. Nous sommes tellement nombreux à le faire. Combien de fois n’avons-nous pas maudit le temps. Le nombre (nettement insuffisant !) d’heures dans une journée. 

Pas le temps.

Pas le temps de faire tout ce qu’on devrait. Ce qu’on voudrait. Ce qu’il faudrait.

Alors aujourd’hui, on dit stop ! On prend une petite pause, et on s’évade…

Où s’en vont les Français qui décident de déconnecter ? De lever le pied quelques semaines, quelques mois même, pour les plus chanceux.

Figurez-vous qu’ils s’en vont loin. Très loin. Et au soleil. (Sans blague.)

Le top 8 des destinations fétiches.

Amérique du Sud, Océanie, Asie… On dirait bien que les globetrotteurs français misent sur le dépaysement total.

Mais la grande gagnante est… (roulements de tambour) l’Australie ! Quand nous vous disions qu’ils partent loin !

 Les destinations lauréates sont les suivantes : le Chili, le Pérou, l’Argentine, la Thaïlande, la Bolivie, le Cambodge et la Nouvelle Zélande.

Que d’exotisme ! Ça fait rêver, pas vrai ?

Photo by Holger Link on Unsplash
Ces destinations de rêves sont une réelle confrontation à nous-mêmes, face au regard des populations vivant à l’autre bout du monde et à leurs modes de vie.

Pourquoi nos globetrotteurs s’envolent-ils si loin ?

A l’heure où nous ressentons de plus en plus un besoin de retour à la nature, ces contrées encore sauvages nous lancent un appel irrésistible. Elles nous offrent des paysages à couper le souffle et une quiétude telle que nos oreilles en bourdonnent de plaisir. 

Il est fort, notre besoin de nous ressourcer, de nous éloigner de ce monde de surconsommation, artificiel et tellement éloigné de notre nature première.

Il est puissant, notre besoin de sortir des grandes villes. Du béton. Du gris. C’est que, nous avons envie de pouvoir sourire à un passant dans la rue, juste pour le plaisir. De dire bonjour à la personne assise à côté de nous dans le métro. Nous avons besoin de calme. De relations vraies. D’honnêteté.

Ces destinations de rêves sont une réelle confrontation à nous-mêmes, face au regard des populations vivant à l’autre bout du monde et à leurs modes de vie. Ces populations qui ne sont pas exposées aux infinies tentations du monde moderne, que l’on pense indispensables, mais qui ne le sont pas. Qui ne sont pas soumises à l’hyper-connectivité, source de tant de tracas et de haine.

Une belle remise en question, en somme.

Quel voyageur n’a jamais rêvé de se retrouver, lui aussi, en « Terres Inconnues » ?

La simplicité et la sincérité de ces tribus perdues à l’autre bout du monde sont terriblement émouvantes. Ces hommes et ces femmes ne calculent rien. Ils vivent dans la nature, leur maison, la respectent comme elle mérite de l’être. Ils accueillent leurs hôtes comme des frères. Ils sont dévoués les uns envers les autres, s’entraident sans se poser de questions. Leur spontanéité, leur joie de vivre, leur capacité à se réjouir des choses simples sont merveilleuses.

C’est sans doute pour toutes ces raisons que les pigeons-voyageurs ont fait de ces huit pays leurs destinations préférées. Peut-être rêvent-ils de revenir à des vies plus simples et honnêtes.

Une nuée de pigeons voyageurs s'envolent au dessus de nos têtes. Photo byZac OngonUnsplash

Nous ne pourrons jamais faire marche arrière. Mais pourquoi ne pas commencer par de petites attentions. Un sourire. Une main tendue. Une parole bienveillante. Une conscience de tous les instants pour préserver ce que nous avons ...

Et vous, par quoi aimeriez-vous commencer ?